Make your own free website on Tripod.com
CAS CLINIQUE
 Présenté par le Dr Jean-Louis Marie - année universitaire 1994/1995


Mme P. - 86 ans

Le corps de Mme P. est d'un bloc. Assez grande, maigre et très sèche ; tout est rigidifié en elle, sans doute en lien avec son histoire difficile : elle était une employée de maison laborieuse, a perdu ses deux enfants de maladie et d'accident et elle décrit son mari comme un violent. Les douleurs font partie de sa vie et elle me les apporte à chaque consultation mensuelle.

Jusque là, pas de grandes difficultés dans notre relation de soigné à soignant... je peux accepter sa rigidité d'un bloc et accepte d'accueillir chaque mois ses douleurs qui témoignent de son "calvaire" .

Mais Mme P. commence à tomber, en général en avant : histoire de marche, de trottoir, de descente de bus qui entraînent fracture de clavicule, de l'arcade sourcilière, d'un doigt de la main...

Aucune pathologie ne me paraît pouvoir expliquer sa rigidité qui s'accroît à chaque traumatisme. Elle marche à petits pas, courbée en avant en regardant ses pieds, son cou incliné à 45° vers la droite... et quand elle tombe elle se casse !
Heureusement Mme P n'est pas rigide dans sa façon d'entendre le travail psychocorporel que je lui propose avec le Trager.
Deux fois par mois elle accepte et reçoit une séance sur table à mon cabinet : bien sûr je lui propose plus de légèreté dans ses jambes mais surtout plus d'espace dans son thorax, sternum, épaules en reliant l'ensemble à son cou qui se libère en douceur au rythme de sa tête qui roule très légèrement dans mes mains de quelques degrés de droite à gauche. Le calme s'installe à chaque séance, elle exprime parfois avec émotion son manque d'affection.

Elle part des séances après quelques minutes de mentastiques avec des sensations nouvelles. "Je me sens plus droite et plus grande" et son regard se porte plus loin en avant. "Je suis plus large et plus ancrée dans le sol" et elle a réellement élargi son polygone de marche. "Je me sens déliée" et elle assure immédiatement avec beaucoup d'agilité la descente de l'escalier dans mon cabinet !

Mme P. ne pratique aucune mentastique seule et donc tous les 6 mois environ, elle réclame une petite "cure de rappel" . Elle ne tombe plus jamais et 3 fois par semaine elle marche trois kilomètres pour aller au marché.

Ce travail n'a rien à voir avec la rééducation fonctionnelle, il a été question de rétablir un climat de confiance pour elle-même, d'amener dans son esprit conscient et inconscient un nouveau schéma de fonctionnement ; de changer de modèle psycho-corporel dans un climat de soutien et de confiance.

Mme P. m'a aussi personnellement beaucoup apporté : j'ai encore appris à respecter sa façon d'être ; je n'ai jamais eu envie de lui enlever toute sa rigidité ; j'ai accepté sa façon d'être en bloc... j'ai simplement apporté du jeu et de l'espace dans son être. "L'intégration psychophysique est un travail tout en sensibilité et en empathie qui amène le client et le praticien à établir un rapport mutuellement enrichissant" .

Suite: "l'intérêt du TRAGER en Gérontologie"
 

 
retour au sommaire accueil
suite de la visite guidée...
 
| présentation | découvrir | pour qui? | séance | contact praticien | Milton.Trager | Institut USA | Trager.France | formation | articles| photos